Article
20 avr. 2020

Regards croisés : comment les industriels ont vécu la crise sanitaire ?

La crise sanitaire du Covid-19 a provoqué un ralentissement du secteur industriel à l’échelle mondiale. C’est dans ce contexte inédit que nous avons décidé de suivre deux industriels.

La crise sanitaire du Covid-19 a provoqué un ralentissement du secteur industriel à l’échelle mondiale. C’est dans ce contexte inédit que nous avons décidé de suivre deux industriels : Vincent Capron, Directeur Général de BFR Systems et Hervé Depery PDG de La Précision. Comment ont-ils vécu la crise ? Comment se déroule la reprise ? Comment la situation va t-elle évoluer dans les mois à venir ? Ils nous partagent leurs expériences en temps réel. Aujourd’hui, retour sur le confinement et les prémices de la crise. Une période rythmée par trois mots : agilité, réactivité et communication.

Repenser son organisation pour mieux aborder la crise

Issus de deux filières industrielles très différentes, Hervé et Vincent ont tous deux dû gérer avec agilité des situations inédites. Baisse d’effectif, télétravail, retards d’approvisionnement, demande en berne, de nombreux paramètres sont venu perturber leur organisation. Très vite, Hervé, PDG d’une société de mécanique de micro-précision pour le médical, l’aéronautique et l’industrie, a dû anticiper et ajuster sa capacité de production aux fluctuations de la demande. Alors que Vincent, Directeur Général d’une société de fabrication de lignes de packaging et de découpe pour l’agro-alimentaire, a dû pallier un manque d’approvisionnement de pièces.

"Il y a deux paramètres à prendre en compte dans la réorganisation de notre activité : les contraintes sanitaires et leurs impacts sur la demande. En mars, le confinement a fait baisser notre capacité de production en dessous du seuil de la demande. Mais cela ne va pas durer, les courbes vont finir par s’inverser. Nos équipes vont revenir à l’usine et cette fois nous serons en sur-capacité de production car la demande aura à son tour diminué. Nous essayons de conjuguer ce double croisement charge-capacité avec notre stratégie de stockage." - HDE

 

“De notre côté, la projection à court terme est difficile alors qu’à moyen terme pour l’instant on maîtrise à peu près. Habituellement, nous raisonnons sur des délais de 5 à 6 mois. Nos bureaux d’études travaillent donc actuellement sur les machines qui vont sortir de juin à septembre. Ce que l’on maîtrise moins c’est l’assemblage des machines. Au début du confinement nous avons pris du retard car de nombreuses sociétés de fabrication et d’assemblage de pièces se sont arrêtées. Mais avec un taux de reprise de 40 % nos sous-traitants redémarrent peu à peu leur activité. Nous adaptons donc notre organisation chaque semaine pour répartir les effectifs et déterminer le nombre de personnes en chômage partiel.” - VCA

La relation client à l’heure du tout-digital

Chez La Précision comme chez BFR Systems, l’activité a été maintenue tant bien que mal durant cette crise. La priorité de ces industriels ? Maintenir une relation client fluide. Mais la crise a bouleversé les codes de la relation client BtoB. Elle impose une notion de confiance supplémentaire, accélère la transformation digitale et développe l’offre servicielle.

“Nous faisons face à deux cas de figure. Les sociétés qui essaient de profiter de la situation pour obtenir des rabais, heureusement elles ne sont pas nombreuses. Et les sociétés qui ont besoin d’encore plus de support qu’avant. Toute l’offre servicielle autour de la livraison va donc encore prendre de l’importance dans le futur parce que quand l’environnement est instable (et je pense qu’il va rester instable un certain temps), être au service du client pour gérer l’instabilité est très apprécié. C’est le principal élément qui va changer chez nous.” - HDE

 

“Cette période est très constructive. Le contact humain revêt une encore plus grande importance qu’en rythme de croisière. Les clients sont contents de nous retrouver. Le fait d’être là malgré la distance et de pouvoir continuer à communiquer, ça crée des liens spéciaux. Ces liens peuvent se traduire ou non par des affaires immédiates, mais nous sentons un réel rapprochement avec nos clients. Ce que nous créons aujourd’hui avec nos clients sera, à mon sens, bien ancré dans la relation client après-crise. - HDE

 

“Nous gagnons de l’efficacité dans nos relations commerciales. Si la visite d’entreprise n’est pas nécessaire, la visioconférence peut parfois suffire. Le point positif est que cela ne choque pas les clients. Est-ce qu’on utilisera davantage la visioconférence au lendemain de la crise ? Je ne sais pas, car souvent, les vieilles habitudes reprennent le dessus.” - VCA

 

“Jusqu’à maintenant la télémaintenance par les techniciens SAV de nos fournisseurs d’équipements était perçue comme une contrainte. Désormais, pour nos installateurs machines, ça devient une carte à jouer parce qu’en effet, la maintenance à distance permet plus de réactivité.- VCA

Quelles perspectives pour l’industrie à l’issue de cette crise ?

Capitaliser sur cette expérience pour consolider son activité, tel est le leitmotiv d’Hervé et Vincent. Malgré les difficultés légitimes à anticiper le court terme, tous deux restent optimistes quant au moyen terme et à l’après Covid-19. Selon eux, les grands enseignements de cette crise ouvriront de nouvelles opportunités et permettront aux sociétés de rebondir.

“On se rend compte que la grande distribution fait +50 donc, à moyen terme, on n'a pas de craintes particulières. Notre crainte est plutôt à court terme, comment on reprend l’activité à l’export ? Les 6 - 8 mois à venir vont demander un travail d’ampleur. Pour rattraper le retard, ce que nous mettons habituellement en route en 6 mois, devra l’être en 3 mois. On sent que ça va être compliqué humainement.” - VCA

 

“Nous avons à peu près les mêmes conclusions même si les données d’entrée ne sont pas complètement les mêmes. Sur le long terme, nous ne sommes pas inquiets du tout. Dans l’industrie de manière générale, nous risquons de voir une logique continentale se développer car nous voyons bien les limites de l’inter-continental avec la crise. Cela peut nous créer des opportunités sur le marché local. - HDE

Après près de deux mois de confinement, l’industrie française se relève doucement de cette crise. Si cette période a mis en avant les limites de la dépendance internationale, les dirigeants se montrent tout de même optimistes. De nouvelles opportunités peuvent naître : déploiement national, digitalisation de la relation client, offre servicielle… Tout autant de pistes à étudier sérieusement pour la reprise !

Ces sujets sont au cœur de vos réflexions ?

Contactez-nous

L’heure de la reprise a sonné ! Découvrez dans notre second article comment Hervé et Vincent ont appréhendé le déconfinement.

Acceptez-vous le dépôt et la lecture de cookies afin d'analyser votre navigation et nous permettre de mesurer l'audience de notre site internet ?

Cinq ans !

Namkin a 5 ans ! Event digital, vidéo retrospective et d'autres surprises vous attendent !